retour à l'accueil du site Etude EGRIAN

1856, des nouveaux travaux

Les crues, phénomène fréquent Au XIIème siècle, les turcies Au XVème siècle, 2 sortes d'aménagements 1606, la levée de Saint Antoine 1767, construction du pont de Nevers 1789-1790, 2 crues destructrices Au XVIIIème siècle, réhaussement des levées 1822-1838, le canal latéral à la Loire 1841, de nouveaux ouvrages de navigation 1846, la crue au débit le plus fort du XIXème siècle 1853-1860, 2 nouvelles levées, toujours plus hautes 1856, crue de référence sur la Loire Moyenne 1856, crue de référence sur la Loire Moyenne 1860, l'ingénieur Comoy propose 1866, la plus forte crue à Nevers 1907, la plus forte crue du XXème siècle Le XXème siècle, une urbanisation candide 2003, la piqure de rappel 2008, une crue récente

Vue aérienne du canal de dérivation de la Nièvre, la Loire, le pont de Nevers Des travaux réclamés par la population
A la suite de la crue de 1856, la population réclame et obtient l’exhaussement et la consolidation de la levée de Sermoise.
La levée de Saint-Eloi connaît également d’importants travaux : reconstruction complète et changement du tracé sur 1 000 mètres.
Cette rectification, réalisée en 1861, a été faite dans le but de faciliter les écoulements des eaux de la Loire.
L’exhaussement et la consolidation de la levée en amont et en aval de la partie rectifiée ont été exécutés de 1863 à 1865.

Le canal de dérivation de la Nièvre
Long de 3,1 km, il a été creusé de 1863 à 1865. Encadré par deux levées, il reçoit l’essentiel du débit de la Nièvre avant l’entrée dans la ville de Nevers.
Il rejette les eaux de l’affluent directement dans la Loire en amont du Pont de Loire avec l’aide d’une station d’exhaure.

> 1860, l’ingénieur Comoy propose...
> retour au sommaire...