retour à l'accueil du site Etude EGRIAN

1846, la crue au débit le plus fort du XIXème siècle

Les crues, phénomène fréquent Au XIIème siècle, les turcies Au XVème siècle, 2 sortes d'aménagements 1606, la levée de Saint Antoine 1767, construction du pont de Nevers 1789-1790, 2 crues destructrices Au XVIIIème siècle, réhaussement des levées 1822-1838, le canal latéral à la Loire 1841, de nouveaux ouvrages de navigation 1846, la crue au débit le plus fort du XIXème siècle 1853-1860, 2 nouvelles levées, toujours plus hautes 1856, crue de référence sur la Loire Moyenne 1856, crue de référence sur la Loire Moyenne 1860, l'ingénieur Comoy propose 1866, la plus forte crue à Nevers 1907, la plus forte crue du XXème siècle Le XXème siècle, une urbanisation candide 2003, la piqure de rappel 2008, une crue récente

L'Echo de la Nièvre du 24 Octobre 1846 La montée des eaux est fulgurante
Lors de la crue d’octobre 1846, la Loire monte de plus de quatre mètres en trois heures et finit par dépasser de près d’un mètre son niveau maximum de 1825.
Un tiers de l’étendue de la ville de Nevers est submergé.
Les habitations du Bec d’Allier sont submergées et de nombreuses autres villes comme la Charité, Cosne, et Sancerre sont très éprouvées.


Extrait de l'Echo de la Nièvre du 24 Octobre 1846 donnant un aperçu des dégats des inondations de la crue de 1846 Beaucoup de dégâts dans les ouvrages
Plusieurs levées sont complètement détruites et des ponts sont partiellement ou totalement emportés.
La levée de Saint-Eloi est submergée par une hauteur d’eau de 1,5 à 2 mètres ; quatre brèches d’une longueur de 464 mètres s’ouvrent jusqu’au sol.
La levée de Sermoise est également rompue en cinq endroits. Les brèches entraînent la coupure de la future RN 7.
Le pont de Loire de Nevers résiste, bien que l’eau atteigne quasiment les clés de voûte.
La survie du pont de Nevers a été possible grâce aux brèches qui ont libéré les flots en rive gauche. Le pont suspendu de Fourchambault faillit être enlevé.

> 1853-1860, deux nouvelles levées, toujours plus hautes...
> retour au sommaire...