retour à l'accueil du site Etude EGRIAN

1606, la levée de Saint Antoine

Les crues, phénomène fréquent Au XIIème siècle, les turcies Au XVème siècle, 2 sortes d'aménagements 1606, la levée de Saint Antoine 1767, construction du pont de Nevers 1789-1790, 2 crues destructrices Au XVIIIème siècle, réhaussement des levées 1822-1838, le canal latéral à la Loire 1841, de nouveaux ouvrages de navigation 1846, la crue au débit le plus fort du XIXème siècle 1853-1860, 2 nouvelles levées, toujours plus hautes 1856, crue de référence sur la Loire Moyenne 1856, crue de référence sur la Loire Moyenne 1860, l'ingénieur Comoy propose 1866, la plus forte crue à Nevers 1907, la plus forte crue du XXème siècle Le XXème siècle, une urbanisation candide 2003, la piqure de rappel 2008, une crue récente

Vue aérienne sur la RN7 - levée de St Antoine 1606, construction de la levée de Saint-Antoine
Les premières traces d’édification de levées à Nevers remontent à 1606 avec la réalisation de la levée Saint-Antoine en rive gauche de la Loire.
Ce premier ouvrage a pour but de mettre hors d’eau le chemin reliant Plagny au vieux pont de Loire.
Quelques années plus tard, l’ouvrage est rompu par une crue, puis il est reconstruit.

Les réalisations des levées créent des vals
Les levées limitent les inondations des terres agricoles proches du fleuve pour les crues moyennes et fortes. Il y a alors création de vals séparés du lit mineur.
De plus, l’artificialisation du fleuve apparaît avec l’endiguement du lit, ce qui modifie le fonctionnement du fleuve lors de crues.
Du côté des coteaux, certains secteurs proches de la Loire ne sont pas protégés. C’est le cas de Marzy et de Fourchambault.
Le faite de limiter l’expansion du fleuve provoque une surélévation des eaux.

> 1767, construction du pont de Nevers...
> retour au sommaire...