retour à l'accueil du site Etude EGRIAN

1841, de nouveaux ouvrages de navigation

Les crues, phénomène fréquent Au XIIème siècle, les turcies Au XVème siècle, 2 sortes d'aménagements 1606, la levée de Saint Antoine 1767, construction du pont de Nevers 1789-1790, 2 crues destructrices Au XVIIIème siècle, réhaussement des levées 1822-1838, le canal latéral à la Loire 1841, de nouveaux ouvrages de navigation 1846, la crue au débit le plus fort du XIXème siècle 1853-1860, 2 nouvelles levées, toujours plus hautes 1856, crue de référence sur la Loire Moyenne 1856, crue de référence sur la Loire Moyenne 1860, l'ingénieur Comoy propose 1866, la plus forte crue à Nevers 1907, la plus forte crue du XXème siècle Le XXème siècle, une urbanisation candide 2003, la piqure de rappel 2008, une crue récente

Les chevrettes creusant la Loire à Fourchambault L’embranchement de Fourchambault
Les forges de Fourchambault, installée sur le site au début du XIXème siècle, peuvent profiter du canal latéral, à un détail près, le franchissement de la Loire.
En 1841, dans la foulée de la réalisation du canal latéral, l’embranchement de Givry - Fourchambault est réalisé pour permettre aux bateaux de descendre du canal jusqu’au fleuve puis traverser la Loire pour acceder aux Forges situées sur l’autre rive.
Ces choix économiques et techniques faits au XIXème siècle sont encore présents dans le lit mineur.

Les chevrettes, des ouvrages de navigation
Les embarcations n’étant plus les traditionnelles gabarres à fond plat, elles ont besoin d’un plus grand tirant d’eau. Le fleuve est trop soumis aux variations de débit et de hauteur d’eau, ainsi qu’à un ensablement récurrent du lit.
C’est pour cela que la Loire se voit dotée d’ouvrage dans le lit mineur : les chevrettes. Leur rôle est d’augmenter la vitesse d’écoulement sur une faible section afin de creuser le lit de la Loire.

> 1846, la crue au débit le plus fort du XIXème siècle...
> retour au sommaire...